Communiqué RSF : La blogueuse Fatma Arabicca incarcérée et censurée

La blogueuse et professeure de théâtre Fatma Arabicca, de son vrai nom Fatma Riahi, a été convoquée le 2 novembre 2009 par la police de Gorjani à Tunis. Libérée le soir même, elle a été de nouveau convoquée le lendemain et placée en état d’arrestation. Des policiers l’ont escortée à son domicile à Monastir pour fouiller son appartement et saisir son ordinateur. Accusée de « diffamation », son procès devrait avoir lieu le 9 novembre. On ne sait toujours pas si elle est poursuivie sur la base du code pénal ou du code de la presse.

 

free arabicca

« Depuis son arrestation, les droits de la blogueuse Fatma Arabicca sont bafoués. Les autorités tunisiennes utilisent le prétexte de cette arrestation pour tenter de découvrir l’identité des blogueurs tunisiens anonymes. Nous demandons l’abandon des charges qui pèsent à l’encontre de Fatma Arabicca et sa remise en liberté immédiate », a déclaré Reporters sans frontières.

Fatma Arabicca, âgée de 34 ans, incarcérée depuis le 4 novembre, n’a pu voir son avocate, Maître Leila ben Deba, que trois minutes le 4 novembre. Ce qui n’a pas permis à la défense de connaître les faits qui lui sont reprochés.

Les autorités tunisiennes accusent la blogueuse d’être le blogueur anonyme Z, dont le blog très connu expose de nombreuses caricatures (http://debatunisie.canalblog.com/). Selon plusieurs sources en Tunisie, Fatma Arabicca n’est pas le blogueur Z.

Le blog de Fatma Arabicca (http://fatma-arabicca.blogspot.com/) a été piraté ou bloqué depuis environ une semaine. La jeune femme évoquait son espoir de jouir d’une véritable liberté d’expression et de réunion. La blogueuse n’a jamais appelé à la révolte ou à la violence contre le régime.

Voir le blog demandant la libération de Fatma Arabicca : https://freearabicca.wordpress.com

Publicités

3 réponses à “Communiqué RSF : La blogueuse Fatma Arabicca incarcérée et censurée

  1. Continuons sur notre lancée et crions haut et fort « Liberté pour Fatma ».

  2. معا من اجل الحرية للأستاذة فاطمة الرياحي
    الحبيب لعماري
    عن جريدة الفجرنيوز

  3. La liberté d’expression doit être un bien inaliénable, que ce soit dans un journal, sur Internet et sur un blog.

    Une vraie démocratie est tenue de respecter les droits individuels, dans les limites des lois en vigueur, bien entendu, et savoir apprécier (la Justice n’a pas toujours un bandeau sur les yeux) la réalité ou l’inexistence d’un délit véritable.

    Fatma Arrabica doit être libérée au plus vite, et son avocat informé de ce qui lui est reproché exactement.

    Le ministre français de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, serait bien inspiré de se pencher sur cette affaire qui vient ternir la récente élection triomphale du Président Ben Ali.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s